Alvarado Sonia

Nom : Alvarado

Prénom : Sonia

Lieu de résidence : France

 

Blog/site : http://s.alvarado.free.fr

 

 

 

 

 

Biographie :


 Née en 1972 dans le sud de l’Espagne, exilée à dix-huit ans et mère célibataire à vingt, rien prédisposait la petite fille modèle à sortir ainsi des cadres sociaux…

J’ai connu le froid et la faim, la solitude ; si je ne m’en vante pas, cela fait partie de mon bagage, et je le défends autant que mes études d’histoire ou ma réussite au concours de professeur des écoles, il y a quelques années. J’ai eu de la chance, je suppose… Mes quatre enfants s’élèvent dans un cadre « normal ».

J’ai commencé à écrire dès que j’ai su former mes premières lettres : le souvenir le plus ancien date de mes sept ans : un poème de Noël. Mes poèmes et mes nouvelles furent régulièrement publiés dans les journaux de collège et de lycée.

Et si je me sens bien dans l’écriture, mon plus grand plaisir reste le plaisir des autres, lorsqu’ils lèvent les yeux des pages noircies et qu’ils sourient…

 

 

Ses romans :

 

 

 

 

 

 

Type : Recueil

 

Genre : policier

Résumé :

Elle est là. Elle s’approche de lui, le frôle de son haleine glaciale puis disparaît. Elle s’amuse à semer les cadavres sur son chemin comme d’autres sèmeraient de petits cailloux blancs. Elle croit ainsi pouvoir l’ébranler, lui, l’imperturbable, l’autosuffisant, le puissant, le charnel…

Moi, spectatrice, je l’observe tandis qu’il promène son regard perçant et désabusé, sur le champ de ruines qu’Elle déroule aux pieds de l’homme à chacun de ses orgasmes putrides.

Mais il ne sera jamais sa marionnette : il s’avance, sourit, caresse distraitement un sein échappé d’une robe de bal, subtilise le portefeuille d’un corps en charpie, hausse les épaules devant la tasse de thé froide d’un pauvre vieux, renifle le contenu d’une urne… Il éclate de rire. Echec et mat, comme à son habitude.

J’ai la bouche sèche, des frissons, des sueurs froides. Sa Majesté des Morts affiche sa déception face au sourire gouailleur de l’insolent.

Ce jeu du chat et de la souris ne durera pas éternellement. Un de ces jours, je le sais, ils se retrouveront face à face.

Extrait :

Accoudé au comptoir où l’on remplit les formulaires bancaires, je tiens à savourer mon croissant chaud et mon café sans précipitation.

Une femme en tailleur passe près de moi, le regard en coin. Aurait-elle faim ? … Pas de jaloux !

– Vous en voulez un morceau ?, lui dis-je.

Elle détourne la tête.

– Les régimes, ça vous met de mauvais poil ! 

Ses yeux clairs me lancent des éclairs de colère. L’envie est un péché, mais j’ai pitié d’elle.

– Si vous le souhaitez, je vous en achète une demi-douzaine !

Ma proposition n’a pas l’air de lui plaire car elle bifurque et se dirige tout droit vers le vigile armé qui

m’observe depuis que je me suis installé pour finir mon petit déj’.

Peut-être aurait-elle préféré des fleurs.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :