Desguin Carine-Laure

Nom : Desguin

Prénom : Carine-Laure

Lieu de résidence : Charleroi

Blog/site : http://carinelauredesguin.over-blog.com/

Biographie :

Née en 1963 à Binche entre Mons et Charleroi en Belgique, Carine-Laure DESGUIN aime sourire aux étoiles et dire bonjour aux gens qu’elle croise.
Très jeune, elle découvre son amour pour les mots, la poésie, la littérature. A la lecture d’un livre de Françoise Sagan, Bonjour Tristesse, elle affirme qu’elle aussi un jour, elle écrira.
Elle a une douzaine d’années… Les images dansent dans sa tête et c’est plutôt sous une forme poétique que les mots s’installent et les phrases prennent forme… Au fil du temps, sa carrière d’infirmière l’entraîne vers différentes routes et cheminements enrichissants.
En 2007, la lecture d’un roman de Michel Cyprien, Vieillir sans toi, lui rappelle sa promesse d’enfant : « moi aussi j’écrirai un roman ! »
Ce printemps-là, urbaine originale post-graduée en gérontologie sociale, elle rédige en quelques semaines Rue Baraka. Ainsi commence son aventure littéraire, les portes de la création s’ouvrent à nouveau et roulent sur le papier à grande vitesse, comme pour rattraper le temps à n’avoir pas écrit toutes sortes de textes, poèmes et romans…

 

Ses romans :

 Type : roman

Genre : conte

Résumé :
Tarek, déconnecté de la vie, des autres et de lui-même, promène amèrement un regard désabusé sur tout et sur rien.
Dans sa grisaille, il ne le voit pas arriver et le bouscule; leurs yeux se croisent : le vieil homme a le regard rieur, enfantin.
Etrangement, Tarek le secourt…Et si cette rencontre était celle que tous nous attendons, quand nous pensons, à tort, que l’horizon se bouche…
« Rue Baraka », on ne veut pas y croire, on y croit quand même…
Avec Tarek, avec ce vieux peintre coloré de générosité et de sa compagne, l’exubérante Clara, imprégnez-vous de cette douce philosophie, celle de savoir discerner ce que le destin nous propose…

 

Dans une écriture à la fois péotique et surréaliste, l’auteur de « Rue Baraka », nous entraîne sur les terres du Grand Jardin. Là, des enfants venus de nulle part ni de personne sont initiés par Nicole et Marianne à la vie et au bonheur. Ca pourrait être de la peinture abstraite, mais avec une belle densité d’images et de couleurs…

 

 

Extrait :

Chez les papillons bigarrés, c’est effervescence. Et la nuit, noire de monde, ininde ses grimoires, ouvre ses pétales. Dans la nature aussi, les roses et les mugets découvrent des hymens.

 

Publicités

Une Réponse to “Desguin Carine-Laure”

  1. Merciiii !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :