Deydé Danièle

Nom : Deydé

Prénom : Danièle

Lieu de résidence : Cannes La Bocca (France)

Blog/site : aucun

Biographie :

Née en Algérie où elle a passé son enfance, elle a vécu dans la région parisienne. C’est là qu’elle a suivi ses études secondaires, puis continué par des études de psychologie à Paris. Elle a exercé des fonctions d’enseignante à l’Education Nationale en banlieue. Elle s’est installée avec sa famille dans le sud de la France et a travaillé comme psychologue dans les écoles élémentaires.

En 2007 elle a commencé à écrire son premier roman.

Elle a publié deux romans chez Chloé des Lys. Le premier « Histoire en paroles » paru en décembre 2010, le second  » L’une ou…l’autre rive »paru en 2012.

Ses romans :

Type : Roman

Genre : Drame

 

 

 

Résumé : Mickaël, quinze ans, sa grand-mère, puis sa mère prennent, tour à tour, la parole pour raconter leur histoire et tenter de briser le silence qui a pesé sur leur vie. Chacun le fait avec des mots qui lui sont propres, mais chacun va se heurter à des non-dits, des mots impossibles à prononcer qui continuent à hanter le présent.

L'une ou ...l'autre riveType : Roman

Genre : Drame

Résumé : 1959, sur une rive de la méditerranée : la guerre d’Algérie dure depuis quatre ans. Deux petites filles, deux sœurs, Adèle et Choline, vont être séparées à la suite d’évènements dramatiques. Elles vont grandir loin l’une de l’autre. L’aînée, Adèle, va tenter de retrouver sa sœur perdue avec l’aide de Samia, son amie algérienne. Elles finiront par se retrouver, mais connaitront des destins différents que croisera parfois le chemin de Samia, devenue militante pour le droit des femmes dans son pays et journaliste engagée.

Extrait :

La lumière déclina ; et, bientôt, la nuit envahit la petite cabane, une nuit inquiétante au dehors où régnait un lourd silence, juste rompu ,de temps en temps, par l’aboiement d’un chien dans le lointain ou par des frôlements d’ailes dans les arbres du jardin devenu menaçant . Du plus profond de l’obscurité, Adèle sursauta ; un léger bruit comme un halètement lui parvenait, très proche. Elle tendit l’oreille et, alors, elle comprit que c’était Choline qui pleurait tout bas. Sa petite sœur ne dormait pas comme elle l’avait supposé, elle luttait contre la panique qui l’envahissait. Adèle l’attira contre elle, l’enserra fort, murmurant à son oreille : « Je suis là, tu vois ; on est deux. Il faut que nous soyons  fortes et courageuses, comme papa nous le demande. » Elle sentit la pression du corps de la petite fille contre le sien, comme si l’enfant avait voulu entrer en elle pour se rassurer.

Elles finirent sans doute par s’endormir et ce fut le soleil tapant sur le toit de leur abri précaire qui les réveilla. Aussitôt rappelées à la réalité, elles échangèrent un premier regard inquiet. Adèle, qui avait toujours eu conscience de sa position d’aînée, se sentait en charge de Choline ; ses parents lui avaient, dès son plus jeune âge, inculqué l’esprit de responsabilité. Elle savait que sa sœur attendait d’elle une parole, un geste. Cependant, elle se trouvait démunie, dépassée par une situation inimaginable. Il fallait pourtant faire quelque chose….

extrait de « L’une ou… l’autre rive »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :