Frénay Benoît

Nom : Frénay

Prénom : Benoît

Lieu de résidence : Andenne (Belgique)

 

Blog/site : http://symbioses.net

 

Biographie :

Benoît Frénay est né à Mouscron en 1984 et, très tôt, il s’est passionné pour la lecture et s’est mis à dévorer autant de livres qu’il le pouvait.
Au fil des rencontres et des lectures, il a découvert la science-fiction, celle des maîtres américains Isaac Asimov (Les Robots, Fondation), Frank Herbert (Dune), Arthur C. Clarke (2001, l’Odyssée de l’Espace, Rama), mais aussi celle des français Bernard Werber (Les Fourmis) et Pierre Bordage (Les Guerriers du Silence).
Si ces lectures ont influencé son parcours, puisqu’il est actuellement chercheur en intelligence artificielle à l’Université catholique de Louvain, elles lui ont aussi donné des idées… Et progressivement, Symbiose et autres nouvelles s’est construit pour aboutir à sa publication en 2009 aux Éditions Chloé des Lys.
Benoît Frénay continue d’écrire des nouvelles et travaille à un premier roman. En 2009, il a également été lauréat pour le concours la Tête dans les Étoiles.

 

Ses romans :

 

 

 

 

 

Type : recueil

 

Genre : nouvelles

 

Résumés :

Un homme se réveille dans une chambre qu’il ne connaît pas. Que fait-il là ? Quelle étrange opération a-t-il subie ? Est-il encore réellement lui-même ?

Sur une planète lointaine, un autre sort, lui aussi, d’un long sommeil, pour découvrir une base désertée. Que s’est-il passé pendant son sommeil ? Que signifient cette sirène qui hurle, ces traces de sang et ces cadavres qu’il croise dans le labyrinthe d’un complexe qu’il n’a jamais parcouru ?

Symbiose comprend onze nouvelles où êtres réels, imaginaires et artificiels se côtoient : un mineur et une archéologue improvisée, une planète vierge et une population à la recherche d’un monde à coloniser, un pilote et sa machine unis par une relation fusionnelle, des humains frappés d’omnipotence partielle…

 

Extrait :

J’ai enfin pu sortir de l’hôpital, après cinq longs mois passés dans ce labyrinthe où entre à peine la lumière du jour. Il a fallu que je bataille avec mon médecin : il voulait me garder « en observation » encore une semaine, ce vieux bouc ! Mais j’ai fini par gagner : il a bien dû admettre qu’il n’avait plus aucune raison sérieuse de me retenir.

À peine dehors, je me suis rendue à la pointe nord-est pour faire le plein d’air marin, et contempler les vagues qui m’ont tant manqué ces derniers mois. Je crois que j’ai toujours aimé la mer, aussi loin que je m’en souvienne : je suis née sur l’Arche, et à chacune de mes visites sur l’Île, je me débrouillai pour échapper à mes parents pour revenir sur cette pointe l’admirer et m’y baigner. Si cette maison ne m’était pas tombée dessus lors du cataclysme, j’aurais sûrement appris à naviguer, peut-être aurais-je mon propre bateau ? C’était mon rêve…

Alors que j’observais un crabe qui s’était réfugié au fond d’une flaque abandonnée par la marée, l’homme m’est tombé dessus. Il me cherchait depuis que mon médecin avait averti les autorités de mon départ de l’hôpital pour m’emmener au spatioport. Pour mon plus grand bonheur, j’avais eu dix-huit ans, immobilisée sur mon lit par des kilos de plâtre, et du coup, j’étais tombée sous le coup de la législation qui me forçait à retourner sur l’Arche.

Je ne sais pas pourquoi, mais alors que je restais sans voix, prête à m’enfuir, il m’a souri et dit que, tout compte fait, ça attendrait bien le lendemain. Il dirait qu’il était resté bredouille, et viendrait me chercher demain aux premières heures. Il est allé chercher une couverture dans le coffre de sa voiture, et me l’a donnée avec un clin d’œil. J’ai répondu par un sourire, le plus large possible, et il s’est éloigné. Je me suis pelotonnée dans la couverture, et j’ai attendu que les étoiles s’allument…

Extrait de la nouvelle « Légitime défense »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :