Le Dorze Jean-Yves

Nom : Le Dorze

Prénom : Jean-Yves

Lieu de résidence : Région parisienne en Essonne (France)

Blog/site : pas de site

 

 

Biographie :

Né en 1960, l’auteur, de filiation bretonne, vit actuellement en région parisienne et exerce les fonctions de responsable logistique dans un établissement de santé dans le treizième arrondissement de Paris.
 
C’est dès la fréquentation de l’école primaire que naîtront ses premiers élans vers l’écriture et qu’une prédilection toute particulière pour la Poésie lui prendra le cœur.
 
Des années plus tard, quelques petits succès viennent couronner ses écrits :
 
– Mention d’honneur au concours de l’Ile des Poètes en 1985, (Mantes la Jolie,78).
– Diplôme d’honneur des Peintres et Poètes d’Aujourd’hui en juin 1985.
– Diplôme de sélection aux Poésiades en décembre 1985, Institut Académique de Paris.
 
Après avoir abandonné l’écriture pendant une longue période, l’auteur reprend la plume avec une nouvelle inspiration et un style plus abouti.
 
L’écriture poétique constitue pour l’auteur une recherche constante et il tente de porter au faite l’expression de son art, par l’exigence du mot juste et du langage le plus concis et le plus précis possible.

Ses romans :

 

 

 

 

 

 

Type : Recueil.

Genre : Poésie.

Résumé :

« Le Cri des Encres » est le résultat d’une gestation de plusieurs années d’écritures et de réécritures et le titre de ce recueil s’en trouve légitimé dans la mesure où « Le Cri… » est l’expression d’un soulagement, une délivrance pour l’auteur.
Plusieurs thèmes y sont abordés, comme l’écriture considérée comme un combat de tous les instants :
«Ecriture retardée
Au poignet de ta rébellion
Ton bracelet est enluminé de combats
Anneau tardif de ta révélation…»
Ou alors celui de l’inspiration :
 
«Souvenir, étincelle, l’herbe rare s’agite jusqu’au besoin de la ligne…».

Puis plus légèrement, l’évocation du ciel et de la mer :
 
«J’ai caressé le ventre d’une étoile
Sur le reflet de la mer
J’ai peigné le sang des sirènes
Dans l’abondance fleurie
De toutes les écumes…»,
 
Et enfin de façon plus nostalgique, des poèmes comme « Pensée vers la lointaine » et « Après toi », entre autres.

Extrait :

 
Tu fais tourner dans le ciel
La robe blanche de l’orage
Eclairs tardifs
Fuite agile un soir d’été.
 
Dans la transformation du sable
La moisson des pierres
Aura la durée agréable
D’un feu à tête nue.

(Le Cri des Encres, p.49).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :