Machado Michèle

Nom : Machado

Prénom : Michèle

Lieu de résidence : Grenade (Espagne)

Blog/site : pas de site

 

Biographie :

Michèle Machado vit et travaille en Espagne depuis plus de 20 ans. Elle a touché au tourisme, à l’univers de la traduction et même à l’enseignement avant de se spécialiser dans le commerce international.

« Et puis un jour, ras-le-bol, j’ai décidé de partir vers le Sud, d’envoyer tout promener, le boulot, le bruit, la pollution… J’ai retourné ma vie comme une crêpe.
J’ai voulu prendre au départ une année sabbatique, histoire de me retrouver ou de me réinventer, de freiner un peu la fuite du temps en découvrant autre chose.
Aujourd’hui, après le choc initial, je dois dire que je ne regrette rien. Je suis en pleine montagne, loin du stress des grandes villes, je fais du jardinage, je peins, je me ballade avec mon chien, et bien sûr, j’écris. »

 

Ses romans :

Type : Romans/recueils

Genre : Enfants/poésie

 

Résumés :

cliquez sur le titre de l’ouvrage pour accéder à son résumé.

Ma France

La paix des papillons

L’arc-en-ciel de l’oubli

Larmes d’encre

 

Extrait :

Paloma volait dans l’air glacé du crépuscule.
Elle volait au dessus de la mer, et sa silhouette resplendissante, baignée par la lumière de la lune, glissait sereine dans le silence et l’obscurité.

Il y avait longtemps déjà qu’elle avait entrepris son vol et son corps le lui rappelait douloureusement: ses ailes crispées commençaient à peser comme le plomb et la fatigue troublait son esprit.

Elle continuait néanmoins son voyage, coupant le vent de ses ailes brillantes étendues, luttant contre le froid et la solitude, contre le temps qui volait bien plus vite qu’elle.

Il lui restait encore un long chemin à parcourir avant d’arriver à son but, et elle comprit qu’il lui fallait dormir un peu. Elle se sentait épuisée.

Elle regarda attentivement le ciel pour fixer sa route, en se guidant par rapport aux étoiles, et elle ferma les yeux.

Quand sa vitesse diminua, le rugissement incessant du vent se transforma en un murmure.

Lentement, elle se détendit pour permettre à son corps de s’endormir en vol et elle le laissa planer, les ailes étendues. Sa silhouette majestueuse paraissait suspendue dans l’univers et se détachait, pure et nette sur le ciel étoilé.

Au dessous d’elle, les reflets dorés de la lune scintillaient sur le miroir obscur de l’océan.

Paloma s’abandonna à la fatigue, et se glissa dans les vagues profondes du sommeil, comme dans un nid douillet et protecteur.

Cependant, son âme tourmentée ne réussit pas à trouver le repos. Des images de cauchemars commencèrent à se succéder dans son esprit, des scènes de violence et de douleur, couleur de sang, larmes et tragédie.

Elle tressaillit : les guerres, les attentats et l’horreur ne prendraient donc jamais fin ?

Les évènements des jours antérieurs avaient causé la mort de trop d’innocents, ils l’avaient plongée dans la tristesse, avaient détruit sa joie de vivre.

Son âme était déchirée : trop de malheur, trop de familles brisées…

Son cœur se serra et la douleur l’atteignit de nouveau, rapide et cruelle comme une flèche empoisonnée: la flèche de l’ignorance, le poison de la haine.

Elle se réveilla.

extrait du roman « La paix des papillons »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :