Mercatoris Elisabeth

Nom : Mercatoris

Prénom : Elisabeth

Lieu de résidence : Wartet (Belgique)

 

Blog/site : http://lestiroirsdecarabistouillette.skynetblogs.be/

 

Biographie :

Née à Namur en 1974, j’ai toujours aimé lire. Enfant, la passion a commencé avec la revue Tintin, pendant l’adolescence, je lisais avec frénésie les Stephen King maintenant, j’aime la poésie. J’ai fait des études en bibliothéconomie mais j’ai travaillé dans le domaine médical avant de me consacrer pendant une parenthèse à mes enfants. Et depuis… J’adore créer des mondes visuels et écrits qui font pétiller les yeux des petits.

 

Ses romans :

 Type : BD

 Genre : conte

Résumé :

Une poupée de porcelaine entreposée chez un brocanteur ne se souvenait plus comment c’était dehors. Les autres jouets se riaient d’elle…

Extrait :

Un jour, un jockey joyeux se joua de moi. Il me dit : « A l’extérieur, il y a des escaliers ! »
L’aviateur, tout autant rieur, ajouta sur un ton persifleur : « Il y fait même dangereux ! »
Un autre filou frétillant s’esclaffa : « Sur les routes, il y a des chauffards ! »

 

 

Type : Roman jeunesse.

Genre : Fantastique.

Résumé :

Tous les soirs, la maman de Youri et d’Eudor leur raconte des histoires avant d’aller dormir. Les enfants raffolent de ces moments magiques. Un matin, maman décide de leur faire une surprise. Elle les emmène sur les lieux de son dernier récit. Ils vont suivre les traces de Pénélope ! Eudor est content, il manque une journée de classe. Quel bonheur ! Mais le chemin semble long, très long et puis, le temps se gâte. Une tempête extraordinaire s’abat sur la région. Des appels à la radio invitent la population à se mettre à l’abri. Maman les ignore. Eudor râle parce que, comme lui, les autres enfants n’iront pas à l’école. Maman poursuit sa route jusqu’à un parking situé à l’orée d’un bois. La pluie redouble, les gouttes piquent les joues. Les éléments et la nature paraissent hostiles. Les enfants commencent à avoir peur. Youri pense que sa mère est devenue subitement folle. Malgré la pancarte interdisant l’accès au bois et quelques réticences, les garçons quittent l’habitacle de la voiture. Ils franchissent des barbelés, ils suivent leur mère sur un chemin boueux. Elle marche vite. Eudor glisse, il s’écorche le côté droit. Youri pense que sa mère veut les perdre, qu’elle va les abandonner comme dans la terrible histoire du Petit Poucet. Il cherche des repères, des petits cailloux blancs… Au milieu d’une clairière, il y a des menhirs assemblés. On dirait une maison. A leur grand étonnement, des gens vivent là. Ils les invitent à se mettre à couvert. Evidemment, c’est un drôle d’endroit ! Des bâches en plastiques, qui prolongeaient le toit de pierre,  ont été arrachées par les bourrasques, elles claquent comme des voiles. L’odeur âcre du feu de bois picote les narines. Dans cet abri de fortune, maman tire une lampe torche de son sac à dos. Elle pointe le faisceau sur les parois ; des dessins y sont gravés. Elle appuie sur celui qui ressemble à un dragon. Une lourde pierre glisse dans un fracas épouvantable et enferme tous les occupants. Maman éteint sa lampe torche. Eudor pleure. Il fait tout noir ! Maman le rassure. Les yeux s’habituent peu à peu à l’obscurité, les occupants découvrent alors une série de pictogrammes. Maman pousse sur celui qui ressemble à un cookie, une autre porte s’ouvre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :