Puffet Henri

PuffetHNom : Puffet

Prénom : Henri

Lieu de résidence : Ruta transchaco, km 670, La Patria (Paraguay)

Blog/site : aucun

 

 

 

 

Biographie :

Né à Namur le 13 octobre1956.
Gradué en agronomie et Master en santé animale
Travaille un an en Belgique et s’expatrie en 1980.
Vit et travaille en Afrique jusqu’en 2003 (Comores, Niger, Guinée, Gabon et Congo)
Vit actuellement au Paraguay depuis 2005 et exerce toujours le métier de ranch manager.
 
A publié un roman en 2009 « En passant par le Luango » (Ed.Bénévent)

« La mise entre parenthèses » est sortie en 2012 chez Chloé des Lys.

Ses romans :

La mise entre parenthèses

Type : Roman

Genre : autre

 

 

 

Résumé :

Un stupide accident de travail met soudain sur la touche Jean Granier, vétérinaire prospère de 45 ans.
Contraint à l’immobilité pour la première fois de son existence, celui-ci s’abîme dans de profondes réflexions qui l’amènent, peu après sa convalescence, à tout lâcher et à partir à l’aventure en quête de lui-même.

C’est le récit d’une longue école buissonnière, d’Europe en Amérique, à travers des paysages superbes.
Une errance solitaire égaillée de pittoresques et charmantes rencontres, qu’il conte avec humour, des mots bien à lui et des expressions empruntées à son jargon professionnel, et où il nous livre ses cogitations sur notre époque, notre société et le sens de la vie.

Extrait :

Elle a brièvement hoché la tête. J’ai formulé ma pensée autrement :
– Comme la quasi-totalité des gens, j’ai passé le plus clair de mon temps cantonné dans le rôle que je m’étais octroyé pour toujours. Comme un acteur qui joue un long-métrage, qui dure toute une vie. C’est un rôle qui me colle à la peau, mais à présent je suis sûr de marquer un progrès formidable en découvrant graduellement la distinction entre le Jean que je pensais être et que les autres connaissaient, et l’autre Jean qui commence à faire surface. On prétend qu’en tout homme il y a un cochon qui sommeille, livré en série, mais il y a aussi, en option, un demi-dieu. J’entends par là que je suis en train de deviner un autre versant de la vie, d’explorer une autre face de moi-même.
La vie ne peut pas se résumer à naître, passer vingt ans à apprendre diverses choses, travailler, gagner de l’argent, se payer quelques distractions et se tracasser pour des peanuts, puis passer encore quelques années hors jeu en touchant sa pension avant de trépasser et d’être enterré à six pieds sous terre. C’est impensable. Je te jure qu’il y a autre chose…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :